Association pour le développement des transactions électroniques dans les territoires

Articles

Hoplink est une application Calypso, la solution de transport adoptée par 125 régions, agglomération, villes dans le monde. « Ce qui a permis de passer d'une compatibilité technique à une compatibilité d'usage » précise Philippe Vapereau, président de CNA (Calypso Network Association).

Les utilisateurs du jour s'appellent Léa et Yves. Ce sont les deux modèles illustrant l'utilisation de hoplink.

Léa habite à Colmar et étudie à Strasbourg. Pour se déplacer, elle doit se procurer une carte universitaire de Strasbourg, une carte de transport régional et des tickets unitaires pour la ville de Strasbourg. Demain, Léa pourra réunir sur sa carte universitaire les deux autres titres.

Quant à lui, Yves vit en Belgique et doit se déplacer régulièrement à Lille pour des raisons professionnelles. Il lui faut donc disposer de la carte de transport belge Mobib ; d'une carte de parking et des tickets de bus, train, métro pour se déplacer dans l'agglomération de Lille. Tout comme Léa, Yves pourra loger sur sa carte Mobib les titres de transport et d'accès aux parkings.
Signe de reconnaissance de cette application: le logo Hoplink figurant discrètement sur la carte.

Léa et Yves pourront recharger leur abonnement avec leur carte portant le logo Hoplink au guichet ou en utilisant les machines de vente de titres de transport de la ville concernée : Colmar pour Léa qui dispose d'une carte Badgeo de Strasbourg et elle pourra recharger sur cette carte, les titres de tous les réseaux partenaires Hoplink en France et à l'étranger. De plus, Léa se déplace souvent à Lille pour voir ses parents. Elle pourra préparer son voyage à l'avance et recharger son passe grâce à des applications mobiles comme « Pass Pass Easy Card » pour le réseau de Lille. Le rechargement s'effectue par simple pression de la carte sur le dos du smartphone NFC.

Une Alliance pour définir les règles de fonctionnement

Une Alliance a été créée pour établir la confiance entre les réseaux de transport. En signant la charte hoplink, chaque adhérent s'engage à respecter les règles qui engagent chaque partie. Pour les usagers, c'est la garantie du bon fonctionnement de l'interopérabilité de ce service.
L'Alliance regroupe toutes les entités signataires de la charte. Les membres sont essentiellement des AO et des opérateurs de transport, émetteurs et/ou accepteurs d'Hoplink. D'ores et déjà, quarante réseaux sont membres de l'Alliance Hoplink.

Le bureau élu est placé sous la présidence de M. Alain Caffart, responsable Système d'information à la Direction du développement et de l'innovation de la Compagnie des Transports Strasbourgeois, et deux autres membres : Bernard Schwob de l'AFIMB et Éric Deneye du SRWT - Groupe TEC (opérateur de transports de Wallonie).

Quels sont les avantages d'Hoplink ?
Pour les utilisateurs de plusieurs titres de transports publics, le premier avantage est de pouvoir concentrer sur la même carte jusqu'à seize titres différents, précise Alain Caffart. Ce qui assure une très grande facilité d'usage pour les voyageurs qui s'affranchissent ainsi des contraintes liées au changement de région, voire de pays.

Pour les responsables de la mobilité urbaine, régionale, nationale, l'intégration de Hoplink est simplifié parce qu'il a pour base la norme Calypso, largement adoptée au niveau international. C'est en effet une application Calypso dédié à l'interopérabilité. Et ce, quel que soit le support utilisé (smartphone, clé USB, carte SIM).

La carte intégrant plusieurs cartes, devient un portefeuille de carte, un container, ce qui aura un impact sur les coûts de production de ces différents supports.
Il n'y a pas de compensation de recettes évitant ainsi de négocier des accords commerciaux bilatéraux. Chaque opérateur garde sa liberté de facturation.

Selon Hoplink, plus de 4 millions de cartes en circulation sont équipés d'Hoplink, dont celles de Bordeaux Métropole, Nîmes Métropole, la région Bretagne... Ile de France Mobilité a manifesté son intérêt pour intégrer Hoplink dans les futures cartes Navigo.

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ils ont déclaré :

Alain Caffart, président de l'Alliance
« Aujourd'hui, nous sommes arrivés à un niveau technologique et une maîtrise de la billettique qui nous permettent d'intégrer plusieurs technologies sur un même support et de nous ouvrir aux autres réseaux. Par ailleurs, nous observons une demande forte de nos clients pour une simplification du système imposant des supports différents pour chaque type de besoin en mobilité. Nous avons illustré cette réalité en prenant deux exemples personnifiés par Léa et Yves, deux voyageurs sur un parcours régional et européen ».
« La question de départ à résoudre était de savoir comment mettre en œuvre un système d'interopérabilité, tout en respectant les applications existantes des différents réseaux. C'est chose faite avec l'application Hoplink ».
« Par ailleurs, il est indispensable que l'utilisation de ce nouveau service puisse être utilisé sur l'ensemble des équipements existants dans les réseaux nationaux et internationaux. Le client doit rester dans son environnement habituel. la validation des différents trajets sur différents moyens de mobilité est totalement transparente ».
« La MEL a mis en place une application qui permet de recharger sa carte à distance sur smartphone. Une façon de mettre un « distributeur » dans sa poche ».
« Chaque réseau communique sur sa carte et doit continuer à le faire. Nous nous sommes rapprochés de l'esprit Bluetooth ou Wi-FI, compréhensibles pour le consommateur comme le moyen de communiquer quel que soit le support utilisé ».
« Hoplink peut s'intégrer dans des cartes d'autres secteurs d'activités, comme des Pass touristiques. Ainsi le touriste pourra aussi bénéficier des services des réseaux de transports avec son Pass ».

Hoplink est soutenue par l'AFIMB, la SNC et la RATP

Pour l'AFIMB : « La solution Hoplink comme un des moyens logiques et abordables que de nombreux réseaux français peuvent déployer pour favoriser cette interopérabilité, étant donné que la majorité d'entre eux s'appuient déjà sur le standard Calypso, synonyme de sécurité ».

L'association s'intéresse d'autant plus à cette solution que de plus en plus de réseaux émettent des supports avec Hoplink. « Plus qu'une norme ou une spécification, c'est donc un standard utile à tous qui émerge, réparant la fragmentation et la disparité, source de surcoûts ».

La SNCF est fortement investie dans le développement d'Hoplink, car ce service facilite les déplacements inter régionaux à ses voyageurs habituels ou occasionnels, et permet de répondre rapidement aux attentes en matière de billettique intégrée des nouvelles régions (les systèmes billettiques existants ayant été réalisés à l'échelle des anciennes régions).

La RATP a participé dès l'origine aux travaux de conception et de mise au point d'Hoplink, et y voit la possibilité d'un accueil amélioré et plus efficace des millions de visiteurs annuels en Ile-de-France.